Posts tagged ‘sécurité sociale’

November 11, 2013

Arnaud Montebourg interpellé par le G5 santé

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, s’est vu remettre ce matin un appel solennel des dirigeants du G5 santé*. Les

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, s’est vu remettre ce matin un appel solennel des dirigeants du G5 santé*. Les industriels souhaitaient ainsi faire part au ministre de leur mécontentement face au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2014. Ils dénoncent le manque de cohérence entre une politique industrielle ambitieuse pour une filière désignée comme stratégique et ce PLFSS qui, selon eux, est à même d’affaiblir fortement leurs entreprises. « Les efforts demandés sont disproportionnés, estime Marc de Garidel, président du G5 santé et P-DG du groupe Ipsen. Tandis que nos entreprises représentent 15 % des dépenses de santé, notre contribution au déficit de la Sécurité sociale s’élève à 50 % des économies ». Les industriels s’inquiètent aussi de l’élargissement aux biosimilaires du droit de substitution des pharmaciens. Christopher Viehbacher, directeur général de Sanofi, y voit « un problème grave de santé publique ». Un droit autorisé dans aucun autre pays développé, fait-il remarquer au ministre du Redressement productif. « Des choix ont été faits et arbitrés par le Premier ministre », rétorque Arnaud Montebourg, tout en assurant aux membres du G5 qu’il entend leurs inquiétudes et qu’il transmettra leurs propositions d’économies à la ministre de la Santé. Parmi les pistes d’économies envisagées, les dirigeants du G5 prônent le développement de l’automédication dans le cadre d’un parcours de soins avec un rôle accru pour le pharmacien d’officine. –

See on www.lequotidiendupharmacien.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

Advertisements
November 11, 2013

L’Etat étend son emprise sur la santé et ce n’est pas pour le meilleur

Après avoir étatisé l’ensemble du système de santé française, le politique s’attaque aux derniers espaces de liberté que sont la rémunération des médecins de ville et les complémentaires santé.

Le Projet de loi de finances de la Sécurité sociale 2014 (PLFSS) devrait être l’occasion d’une étape nouvelle dans l’étatisation de la santé. Une démarche en trompe-l’œil qui appauvrira la couverture sanitaire des assurés.

S’il est un sujet technique par excellence, c’est celui de la santé. Sensible, complexe, souvent absconse, noyautée par du lobbying de toutes sortes, la politique de santé publique est difficilement compréhensible pour le commun des citoyens. En soi, cette obscurité est déjà l’indice fort d’une rupture discrète entre les Français et les politiques supposées les servir.

Cette rupture est très regrettable, car elle occulte les modifications profondes que le gouvernement entreprend de mener dans la nature même des politiques de santé. En l’occurrence, le choix qui est fait aujourd’hui est celui d’une étatisation rampante, dont l’issue n’est pas inéluctable, mais sur laquelle chacun mérite d’être informé.

Une brève histoire de l’étatisation

 

Rappelons d’abord les quelques grandes étapes de l’étatisation de la santé.

Historiquement, la santé n’est pas une affaire d’Etat. Elle est d’abord une affaire de profession réglementée (les médecins), de communes (à travers la structure hospitalière) et de partenaires sociaux (à travers la sécurité sociale, qui rembourse les dépenses de santé).

Face à l’inflation des dépenses de santé, et face aux déficits qui se sont accumulés, l’Etat s’est de plus en plus imposé comme l’acteur incontournable du dispositif. Non seulement il a progressivement phagocyté l’activité hospitalière, avec un système de dotations de plus en plus intrusif dans les actes de soins eux-mêmes, mais il a également phagocyté la médecine de ville par l’intermédiaire des objectifs nationaux de dépenses d’assurance maladie (ONDAM) créés par la réforme Juppé, et négociés chaque année autour de la loi de financement de la sécurité sociale.

See on www.atlantico.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

June 11, 2013

L’impact social & économique de la “santé mobile” : mhealth

mhealth

Le GSMA (GSM (Groupe Spéciale Mobile) Association) a publié récemment un rapport sur les économies que représenteront la santé mobile, soit la “mhealth”.

Le chiffre le plus parlant s’élève à une économie de plus de 100 milliards d’euros dans l’Union Européenne d’ici à 2017 ! Soit une économie de 25 milliards par an, en 5 ans… Impressionnant surtout quand on sait que les systèmes de remboursement publics peinent à suivre l’augmentation des dépenses de santé publique…

Comment se répartit cette économie ?

  • Bien être & prévention : 69 milliards
  • Diagnostics : 3,7 milliards
  • Traitement et suivi : 32 milliards

à cela se soustrait bien sûr, les formateurs et équipements à installer estimés à 6,2 milliards, soit les 211000 emplois que nécessitent la mhealth pour une installation “propre” en Europe.

Ces coûts signifient une diminution de 537€ des dépenses publiques par patient.

Cette économie pourra dans l’avenir être repartie selon un ratio 1/3 & 2/3, soit un investissement de 66 milliards pour soigner davantage, et un investissement de 33 milliards pour améliorer le déploiement de la mhealth (notamment des nouveaux hôpitaux).

Un exemple est développé pour mieux montrer la rentabilité de cette action : les malades atteints de maladies chroniques, pourront mieux suivre leur traitement et ainsi diminuer leurs absences de leurs lieux professionnels : diminution des remboursements et augmentation de l’efficacité.

Néanmoins nous pouvons nous soulever quelques points : cette étude implique un soutient à 100% des pouvoirs publics, or cela ne risque t il pas d’aller à contre-courant de l’effet recherche, en imposant plutôt qu’en accompagnant ?

Si les économies semblent très importantes, comment peut on s’assurer de leurs utilisations ultérieures, notamment dans des investissements massifs…

Et enfin… qui (pouvoir public, fabricants de terminaux, opérateurs…) osera prendre l’initiative de proposer des mesures…?

Crédit photo : http://mhealthwatch.com/asia-mhealth-to-hit-7-million-by-2017-18224/

Source : http://www.gsma.com/connectedliving/socio-economic-impact-of-mhealth