Posts tagged ‘Enjeux / At stake’

July 6, 2013

Le marché de la santé mobile explose – Santé – Les clés de demain – Le Monde.fr / IBM

Début juin, à Paris, avait lieu la troisième édition du congrès Doctors 2.0 & You, consacré à la santé digitale. Compte-rendu des principales tendances et innovations.

See on lesclesdedemain.lemonde.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

Advertisements
May 21, 2013

Les biotechnologies “biotechs” et autres innovations technologiques

biotechs

Biotechs et autres innovations quel est leur avenir ? A quoi correspondent ils ? Voici un aperçu…

  • Les biotechnologies

Les biotechnologies, représentent un ensemble de techniques qui consistent à utiliser des organismes ou parties d’organismes vivants pour fabriquer ou modifier des produits, variétés végétales ou espèces.

Les entreprises de biotechnologies se définissent selon l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques) ainsi, « les biotechnologies sont l’application de la science et de la technologie à des organismes vivants, de même qu’à ses composantes, produits et modélisations, pour modifier des matériaux vivants ou non vivants aux fins de la production de connaissances, de biens et de services ».

Les entreprises de biotechnologies ou biotechs sont présentes sur plusieurs secteurs : la santé, l’agriculture, l’informatique,
l’environnement. Nous nous concentrerons plus spécifiquement sur les biotechs du secteur de la santé, dites les biotechnologies rouges. Ces biotechs se classent en plusieurs sous catégories
(d’après l’OCDE) :

  • La nano-biotechnologie
  • Les recherches sur l’ADN/ ARN
  • Les recherches sur les protéines et autres molécules
  • Les recherches sur la culture et ingénierie des cellules et des tissus
  • Les techniques de biotechnologies des procédés
  • Les vecteurs de gènes et d’ARN
  • La bioinformatique

La première société de biotechnologies est fondée en 1976 : Genentech . Depuis les biotechs n’ont fait que progresser et augmenter à la fois en volume et valeurs. Elles permettent aujourd’hui une certaine externalisation de la recherche et développement des laboratoires qui sont prêts à payer un prix considéré comme élevé pour s’assurer une nouvelle molécule.
Les apports positifs sont nombreux : les princeps issus des biotechnologies peuvent difficilement être copiés par des laboratoires de génériques, ils ciblent la maladie et diminuent ainsi considérablement les effets secondaires. Enfin ils permettent une externalisation, de la recherche et potentiellement une plus grande chance de réussite dans la découverte :
particulièrement si plusieurs laboratoires de biotechnologies recherchent un même traitement.
Nous pouvons résumer le destin des laboratoires de biotechnologies en deux catégories, se faire racheter avant l’introduction en bourse, ou réussir son introduction en bourse et se faire racheter alors.
Peu de laboratoires de biotechnologie réussissent à rester indépendant si leurs recherches et développements aboutissent à des développements probants.

“En l’an 2000, le premier laboratoire mondial sera celui qui aura réussi le basculement vers les nouvelles technologies” : J.R Fourtou, P.D.G. de Rhône-Poulenc Rorer.

En France, on répertorie actuellement 446 entreprises de biotechnologies, elles se répartissent ainsi : 266 entreprises développent des produits de santé, 155 développent des produits de service, et les 25 autres entreprises font des produits et services. Les biotechs les plus importantes arrivent à obtenir une cotation en bourse ce qui leur permet de lever davantage de capitaux pour leurs programmes de recherches et développement. Leurs valeurs sont traditionnellement très volatiles (de fortes variations peuvent avoir lieu), 24 étaient cotées en 2011.

A l’international, les biotechs sont majoritairement présentes aux Etats-Unis, au Royaume Uni et en Chine. Ces pays présentent différents avantages comme des facilités de financement pour les premiers, notamment avec les incubateurs qui permettent le sponsoring de plusieurs entreprises, et des coûts de développement moins importants, ainsi qu’une législation pour le moment plus « souple » pour la Chine.

  • Les innovations

Un ensemble d’innovations technologiques est entrain de voir le jour et pourrait bien constituer l’avenir des laboratoires à plus long terme : il s’agit en premier lieu de la photocopieuse d’organe.
Elle permettra à terme de reproduire un nouvel organe à partir de cellules souches, et donc de limiter ainsi les rejets d’organes tels qu’on les connait actuellement. Néanmoins, cette  technologie n’en est encore qu’à ses prémisses et même si la science connait de rapides progrès, il reste de nombreux obstacles à dépassser.

Puis, la découverte et démocratisation du génome humain : il est aujourd’hui devenu accessible au plus grand nombre. On prédit dans quelques années un coût à seulement 100€ alors qu’il s’établit aujourd’hui à 1 000€ et que le premier décriptage avait coûté 3 milliards de dollards en 2001.
Ce nouveau prix, bien plus abordable, va considérablement favoriser la médecine personnalisée et permettre de mieux comprendre quels traitements peuvent être adaptés et ainsi diminuer les effets secondaires. Cette découverte a aussi permis de révéler une multitude de déclinaisons de maladie. On répertoriait par exemple seulement 4 leucémies jusqu’à
présent, or avec la découverte du génome humain, les scientifiques ont découvert que génétiquement il en existait

Crédit photo : Forbes

Sources :

Eurosanté, Biotechnologies et santé enjeux stratégiques et perspectives pour le nord -pas de calais

PWC, La Biotech réinventée Et maintenant, que faites-vous ?

May 20, 2013

Histoire des laboratoires pharmaceutiques

Quelle est l’histoire des laboratoires pharmaceutiques ? D’où viennent ils ?

histoire

  • Avant 1990

L’histoire des laboratoires pharmaceutiques commence avec celle des premières pharmacies et des premières découvertes, notamment dues aux progrès de la chimie. La quasi-totalité des grands laboratoires actuels ont débuté leur histoire « à l’arrière d’une pharmacie ». En 1803, Friedrich Adam Stürner découvrit, en isolant des molécules, la morphine. Ceci fut le début d’une succession de grandes découvertes. L’aspirine est découverte par la suite et sera commercialisée à partir de 1893.
L’aventure du médicament commence réellement à partir de 1937 en mettant en avant l’action antibactérienne des sulfamides, ce qui permet à Fleming de découvrir la pénicilline dès 1947 (contre la tuberculose). La première pilule est découverte en 1956, le premier vaccin contre la grippe est réalisé en 1957, en 1966 la pilule est commercialisée…
Les améliorations rapides de la science et de la chimie ont permis de savoir traiter de nombreuses maladies dites faciles : il fallait alors pouvoir soigner le plus de malades possible, une certaine euphorie s’est mise en place devant tant de grandes découvertes révolutionnaires. Oui mais… La plupart de ces découvertes étaient ce qu’on peut appeler des découvertes simples, les maladies n’étaient pas encore très résistantes aux médicaments, et certaines n’étaient pas encore connues.

  • Après 1990

Après 1990, on assiste à un certain tournant. Les laboratoires, pour la majorité, issus des premières pharmacies, commencent à connaître de grands profits et on assiste alors une réelle course aux profits qui se matérialisera sous plusieurs formes. Plusieurs fusions et acquisitions d’envergure mondiale entre des grands groupes pharmaceutiques ont lieu pour n’en citer que quelques unes :

    • 1995 : Boots acquiert Knoll.
    • 1995 : Glaxo acquiert Burroughts Wellcome.
    • 1995 : Ortho-MC Neil acquiert Gynopharma.
    • 1997 : Hoffman-La Roche acquiert Boehringer Mannheim.
    • 1998 : Sanofi SI acquiert Synthelabo.
    • 1998 : Zeneca et Astra fusionnent pour former AstraZeneca.
    • 2000 : Pfizer acquiert Warner-Lambert.
    • 2000 : Glaxo Wellcome PLC et SmithKline Beecham fusionnent pour former GlaxoSmithKline (GSK).
    • 2001 : Pierre Fabre et Biomérieux fusionnent pour former un groupe qui se séparera un an plus tard.
    • 2002 : Pharmacia (US) et Pfizer fusionnent pour former une seule entité.
    • 2003 : Biogen et Idec Pharmaceuticals fusionnent pour former Biogen Idec (BIIB).
    • 2004 : Aventis et Sanofi Synthelabo fusionnent pour former le groupe Sanofi Aventis, qui devient Sanofi en 2011.
    • 2006 : Bayer acquiert une position majoritaire dans la société Schering.
    • 2006 : Merck KGaA acquiert Serono.

La plupart des grands groupes pharmaceutiques se sont consolidés pour mieux combattre la concurrence et pouvoir mettre en commun leurs capacités d’investissements et ainsi être plus compétitifs. Ils représentent aujourd’hui des géants dans l’industrie pharmaceutique ainsi que financièrement et politiquement. Aujourd’hui, Sanofi représente la première capitalisation boursière française.

Néanmoins, cette puissance des laboratoires a engendré certaines dérives : une augmentation des activités de lobbying, une forte présence financière dans les associations de patients ; on peut alors s’interroger sur l’indépendance de ces associations chargées d’aider le patient… Les visiteurs médicaux chargés de vendre et d’expliquer les produits, représentent à la fois un avantage (les formations ne sont pas obligatoires pendant l’exercice) et un certain risque pour les médecins (si les informations sont biaisées). Ces visiteurs médicaux voient leur nombre atteindre le point culminant de 24 000 visiteurs médicaux en 2004. Ces visiteurs médicaux représentaient d’une certaine façon la force du laboratoire. A partir de 2005, on observe un profond ralentissement de ces grandes tendances notamment avec un scandale aux Etats-Unis entre 1999 et 2004 : Vioxx, un médicament mis sur le marché par Merck (USA) provoque plus de 30 000 morts sur le marché américain, il n’est retiré du marché qu’en 2004. En France, un scandale arrive et bouleverse l’opinion publique du Mediator, retiré du marché en 2009. Le nombre de visiteurs médicaux chute alors pour tomber à 18 330 en 2010, soit une diminution de 24%, et cette tendance devrait se poursuivre dans les années futures. Les « cadeaux » aux médecins deviennent de plus en plus encadrés, ainsi que la législation pour permettre à un médicament d’être commercialisé (les procédures d’autorisation de mise sur le marché AMM).

Ces procédures apparaissent comme étant de plus en plus difficiles : on demande de plus en plus de transparence aux laboratoires et cela s’est traduit par la création d’un Comité de Transparence (dépendant de la Haute Autorité de Santé – explicité par la suite) chargé d’étudier les molécules pouvant potentiellement être mises sur le marché et publiant leurs compte-rendus et analyses en ligne.
De nombreux brevets de molécules découvertes dans la fin des années 1990 deviennent publics à partir de 2007 / 2010 et permettent l’arrivée des génériques sur le marché. Ces médicaments respectent la bioéquivalence des médicaments originaux mais sont beaucoup moins onéreux. On assiste alors à des pertes pouvant aller jusqu’à 80% des chiffres d’affaires précédemment réalisés en 6 mois grâce à cette molécule à cause de l’arrivée des génériques.
Au total, les grands groupes pharmaceutiques ont dénombré une perte de 135 milliards de dollars due à l’arrivée des génériques entre 2005 et 2010. Une perte supplémentaire de 154 milliards d’ici à 2015 est à prévoir. Or les coûts de recherche et développement deviennent de plus en plus importants, comme nous avons pu le constater les maladies dites simples ont été trouvées, les maladies actuelles nécessitent plus d’investissement et de recherche pour permettre la découverte de médicaments.

Ce tournant ainsi qu’un tournant technologique (découverte et démocratisation du génome humaine), un tournant international (avantages et inconvénients de la mondialisation), un tournant démographique (vieillissement de la population) ont entrainé des grands changements dans les stratégies des laboratoires pharmaceutiques.

Source :

HAS (Comission de la transparence)

HAS santé, Publication des aides versées par les industries de santé aux associations de patients Rapport 2011

LEEM, Les effectifs de la visite médicale

Le moniteur des pharmaciens, Visite médicale un métier à réinventer d’urgence

« Médicaments et santé publique » , ADSP

Crédit photo : www.zazzle.fr