Posts tagged ‘emplois’

November 25, 2013

L’emploi dans l’industrie pharmaceutique passe sous la barre des 100 000 salariés

Les effectifs dans l’industrie pharmaceutique seront sous le seuil des 100 000 salariés à la fin 2013, selon les prévisions publiées par les Entreprises du médicament (LEEM).

Un niveau qui constitue « un message d’alerte » pour son président, Patrick Errard. « Un des éléments majeurs d’alerte, c’est que nous avons franchi négativement la barre fatidique des 100 000 emplois, mais nous ne voulons pas accepter cela comme une fatalité », a-t-il indiqué. Le « baromètre emploi » 2013, réalisé par les cabinets BPI et Quadra+ pour le LEEM, confirme la trajectoire de baisse des effectifs entamée en 2008. Le LEEM prévoit un recul de 2,1 % en 2013 à 98 800 salariés, pour la sixième année de baisse consécutive. En 2012, la diminution avait été de 0,9 %. Toutes les fonctions sont concernées cette année par la baisse des effectifs : -2,9 % dans la recherche et développement, -1,1 % dans la production, -1,8 % dans la commercialisation et -4,4 % dans les fonctions support et administratives. Le LEEM souligne que les effectifs de production (42 % du total de la branche), auparavant orientés à la hausse, sont en repli depuis 2012. « Cette baisse, qui affecte également les effectifs des sous-traitants de production, constitue un retournement de tendance inquiétant. » S’agissant de l’emploi industriel, Patrick Errard a appelé le gouvernement à être « très attentif au prix des médicaments anciens, y compris des génériques. En dessous d’une certaine barre, le fabriqué français n’est plus possible », a-t-il souligné. La fédération industrielle précise que 26 plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) prévoyant 2 647 suppressions de postes, ont, à ce jour, été annoncés en 2013. L’année dernière, 27 PSE avaient été annoncés concernant 4 438 postes. Les secteurs de la visite médicale et des fonctions support sont les plus touchés.

See on www.lequotidiendupharmacien.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

Tags:
November 25, 2013

Les pertes d emplois s amplifient dans le secteur du médicament

Baisse de 2,1% des effectifs en 2013 à 98.000-Leem Ceux de la production affectés pour la première fois

PARIS, 22 novembre (Reuters) – Le nombre de personnes employées en France dans l’industrie pharmaceutique passera d’ici la fin de l’année sous la barre des 100.000 pour la première fois depuis dix ans, selon des chiffres publiés vendredi par lesyndicat Leem qui représente des entreprises du secteur.

Avec une prévision de 98.800 salariés à la fin de 2013, les effectifs seront en baisse de 2,1% cette année, accentuant ainsi le fléchissement de 0,9% accusé en 2012, souligne l’organisation qui impute ce nouveau repli à un niveau de régulation et de pression fiscale jamais atteints.

Cette diminution fait écho à celle subie par l’ensemble de l’industrie en France, alors que contrairement aux autres secteurs industriels, l’industrie du médicament n’avait pas connu de baisse d’effectifs avant 2008.

Dans son baromètre de l’emploi, le Leem, précise que 26 plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) prévoyant 2.647 suppressions de postes ont été annoncés en 2013 après les 27 PSE de 2012 qui ont concernés 4.438 postes.

Parmi ces PSE, celui de Sanofi a été le plus médiatisé à la suite d’un bras de fer entre la direction et les syndicats qui se poursuit à ce jour.

See on bourse.lesechos.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

Tags:
November 24, 2013

L’emploi dans l’industrie pharmaceutique passe sous la barre des 100 000 salariés

Les effectifs dans l’industrie pharmaceutique seront sous le seuil des 100 000 salariés à la fin 2013, selon les prévisions publiées par les

Les effectifs dans l’industrie pharmaceutique seront sous le seuil des 100 000 salariés à la fin 2013, selon les prévisions publiées par les Entreprises du médicament (LEEM). Un niveau qui constitue « un message d’alerte » pour son président, Patrick Errard. « Un des éléments majeurs d’alerte, c’est que nous avons franchi négativement la barre fatidique des 100 000 emplois, mais nous ne voulons pas accepter cela comme une fatalité », a-t-il indiqué. Le « baromètre emploi » 2013, réalisé par les cabinets BPI et Quadra+ pour le LEEM, confirme la trajectoire de baisse des effectifs entamée en 2008. Le LEEM prévoit un recul de 2,1 % en 2013 à 98 800 salariés, pour la sixième année de baisse consécutive. En 2012, la diminution avait été de 0,9 %. Toutes les fonctions sont concernées cette année par la baisse des effectifs : -2,9 % dans la recherche et développement, -1,1 % dans la production, -1,8 % dans la commercialisation et -4,4 % dans les fonctions support et administratives. Le LEEM souligne que les effectifs de production (42 % du total de la branche), auparavant orientés à la hausse, sont en repli depuis 2012. « Cette baisse, qui affecte également les effectifs des sous-traitants de production, constitue un retournement de tendance inquiétant. » S’agissant de l’emploi industriel, Patrick Errard a appelé le gouvernement à être « très attentif au prix des médicaments anciens, y compris des génériques. En dessous d’une certaine barre, le fabriqué français n’est plus possible », a-t-il souligné. La fédération industrielle précise que 26 plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) prévoyant 2 647 suppressions de postes, ont, à ce jour, été annoncés en 2013. L’année dernière, 27 PSE avaient été annoncés concernant 4 438 postes. Les secteurs de la visite médicale et des fonctions support sont les plus touchés.

See on www.lequotidiendupharmacien.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

Tags:
July 23, 2013

Tell The Kids: 10,000 Jobs At Pharma Companies

If — after four years at an Ivy League school, or some fine public institution – your genius offspring is lying on the couch and, when pressed, assuring you there are no good jobs to be had, pass the URL to this encouraging jobs survey along to the…

If — after four years at an Ivy League school, or some fine public institution – your genius offspring is lying on the couch and, when pressed, assuring you there are no good jobs to be had, pass the URL to this encouraging jobs survey along to the little ingrate:

We came across these nearly 10,000 jobs at ten major pharmaceutical companies thanks to our friend and contributing editor, Ed Silverman at Pharmalot. Ed’s take on the list is here. Ed more frequently writes about layoffs at Pharma companies, as drug rep rolls are slashed in line with expiring patents on big-selling drugs.

Genetic Engineering & Biology News perused drug company web sites for job openings and, voila, found huge hiring needs: Novartis (NVS) 2,740 openings; Roche 1,450 openings; Sanofi (SNY) 1,427 openings; Pfizer (PFE) 815; GlaxoSmithKline (GSK) 733; Johnson & Johnson (JNJ) 655; AbbVie (ABBV) 555; AstraZeneca (AZN) 544; Eli Lilly (LLY) 484; and Bristol-Myers Squibb (BMY) 368.

See on www.forbes.com

From Pharmaceutical Industry digital vision

Tags:
July 21, 2013

La pénurie de profils numériques, syndrome d’époque

Le secteur des TIC est en manque de candidats spécialisés. Les changements passés et à venir nécessitent un nouveau savoir-faire. La bonne nouvelle: le secteur est en croissance.

Les meilleures opportunités de croissance se situent dans le secteur des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), or, cette croissance est limitée par la pénurie de talents. C’est le constat de Geert Vaerenberg, directeur d’Experis BeLux, la jeune branche spécialisée en profils IT de ManpowerGroup.

Difficile de lui donner tort. Le secteur européen des TIC a effectivement continué de croître malgré la crise économique. Mais si le nombre de travailleurs de ce secteur augmente depuis 2005, le nombre de diplômés dans le domaine diminue depuis plusieurs années. En clair, cela signifie que l’Europe ne produit pas assez de travailleurs qualifiés pour occuper les emplois toujours plus nombreux créés dans ce secteur. Selon la Commission, cette pénurie devrait aboutir à quelque 700.000 emplois informatiques non pourvus d’ici à 2015. Le secteur des TIC représente 5 % du PIB européen et une valeur commerciale annuelle de 660 milliards d’euros.

«  Les innovations technologiques mettent à terre les modèles de production ou de management traditionnels, en bouleversant l’équilibre entre l’offre et la demande de talents. Le besoin de nouvelles compétences augmente, alors que des postes de travail classiques sont supprimés et que les talents disponibles dans l’entreprise se font rares et plus chers  » explique Geert Vaerenberg. Un avis que partage la Commission européenne dont le « Panorama des compétences » rapporte qu’en Belgique, 71 % des entreprises du secteur des TIC connaîtraient de sérieuses difficultés à pourvoir les postes vacants et conserver les talents.

See on www.lesoir.be

From Pharmaceutical Industry digital vision

Tags: ,
June 11, 2013

L’impact social & économique de la “santé mobile” : mhealth

mhealth

Le GSMA (GSM (Groupe Spéciale Mobile) Association) a publié récemment un rapport sur les économies que représenteront la santé mobile, soit la “mhealth”.

Le chiffre le plus parlant s’élève à une économie de plus de 100 milliards d’euros dans l’Union Européenne d’ici à 2017 ! Soit une économie de 25 milliards par an, en 5 ans… Impressionnant surtout quand on sait que les systèmes de remboursement publics peinent à suivre l’augmentation des dépenses de santé publique…

Comment se répartit cette économie ?

  • Bien être & prévention : 69 milliards
  • Diagnostics : 3,7 milliards
  • Traitement et suivi : 32 milliards

à cela se soustrait bien sûr, les formateurs et équipements à installer estimés à 6,2 milliards, soit les 211000 emplois que nécessitent la mhealth pour une installation “propre” en Europe.

Ces coûts signifient une diminution de 537€ des dépenses publiques par patient.

Cette économie pourra dans l’avenir être repartie selon un ratio 1/3 & 2/3, soit un investissement de 66 milliards pour soigner davantage, et un investissement de 33 milliards pour améliorer le déploiement de la mhealth (notamment des nouveaux hôpitaux).

Un exemple est développé pour mieux montrer la rentabilité de cette action : les malades atteints de maladies chroniques, pourront mieux suivre leur traitement et ainsi diminuer leurs absences de leurs lieux professionnels : diminution des remboursements et augmentation de l’efficacité.

Néanmoins nous pouvons nous soulever quelques points : cette étude implique un soutient à 100% des pouvoirs publics, or cela ne risque t il pas d’aller à contre-courant de l’effet recherche, en imposant plutôt qu’en accompagnant ?

Si les économies semblent très importantes, comment peut on s’assurer de leurs utilisations ultérieures, notamment dans des investissements massifs…

Et enfin… qui (pouvoir public, fabricants de terminaux, opérateurs…) osera prendre l’initiative de proposer des mesures…?

Crédit photo : http://mhealthwatch.com/asia-mhealth-to-hit-7-million-by-2017-18224/

Source : http://www.gsma.com/connectedliving/socio-economic-impact-of-mhealth