Posts tagged ‘cancer’

December 26, 2013

NanoDoc, un serious game pour aider la recherche contre le cancer | Sante-Digitale.fr

Il y a quelques mois, nous avions parlé du serious game Fold It, un jeu qui invitait le grand public à contribuer à la résolution d’un grand problème scientifique.

Les calculs par ordinateur pour déterminer la structure tridimensionnelle d’une protéine étant impossibles, un jeu avait été créé pour faire travailler les internautes du monde entier sur une protéine liée au VIH. Ce problème bloquant les scientifiques depuis 10 ans avait ainsi été résolu en 3 semaines. Aujourd’hui, le même procédé est utilisé par le MIT, qui a décidé d’utiliser le mécanisme de crowdsourcing dans la recherche contre le cancer. Le but de NanoDoc est de développer des traitements basés sur les nanoparticules.

Ce serious game est anglais mais parfaitement clair, même pour les non-initiés à la médecine. Simple, bien fait et très didactique, il est donc accessible à tous et atteint parfaitement son objectif en tant que jeu. Vous savez désormais comment venir en aide à la recherche scientifique !

.

See on www.sante-digitale.fr

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

December 5, 2013

Cancer : la chimiothérapie en comprimés : Allodocteurs.fr

Dans la lutte contre le cancer qui bénéficie de nouvelles thérapies innovantes, la chimiothérapie reste l’un des principaux traitements. Généralement, elle se présente sous la forme d’une poche délivrée par intraveineuse.

See on www.allodocteurs.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

November 25, 2013

Novartis, Pfizer both developing hot new breast cancer treatment drug

Novartis’s experimental new breast cancer treatment drug, LEE011, was set to enter final-stage Phase III clinical trials next month.

LONDON (Reuters) – Novartis is hot on the heels of Pfizer in developing a promising new type of breast cancer drug that analysts believe could generate billions of dollars in annual sales.

The Swiss drugmaker, which has previously kept its research program under wraps, revealed on Friday that its experimental pill LEE011 was set to enter final-stage Phase III clinical trials next month.

Pfizer’s rival drug palbociclib – the first in the class – is already in Phase III testing, but Novartis’ rapid progress means the U.S. group could face competition sooner than expected. Both drugs are pills and work by blocking two enzymes known as cyclin dependent kinases (CDK) 4 and 6.

The significance of the new targeted approach to fighting cancer was highlighted in April when U.S. regulators granted a “breakthrough therapy” designation to palbociclib, based on impressive results seen in mid-stage trials.

Palbociclib is widely seen by investors as Pfizer’s most valuable compound in late-stage development and the company has started several new clinical trials to maximize its potential.

Analysts currently expect annual palbociclib sales of $1.9 billion by 2019, according to consensus estimates compiled by Thomson Reuters Pharma, and some think it could eventually sell $5 billion if it is approved for multiple cancer types.

Because Novartis has not previously revealed mid-stage clinical trial data for LEE011, analysts have not so far modeled sales forecasts for that product.

See on medcitynews.com

From Pharmaceutical Industry digital vision

November 14, 2013

Cancer du sein : quand une journaliste découvre sa maladie en direct

Amy Robach, la vedette de la chaîne ABC News, avait passé un test de dépistage pour les besoins d’un reportage.

Le cancer du sein est le plus fréquent des cancers chez les femmes. Ainsi, 50 000 cas ont été détectés en France en 2010. Dès l’âge de quarante ans, il est important de faire les premiers tests de dépistage. C’est en clair le message qu’a voulu faire passer en direct le producteur de l’émission phare de la chaîne américaine ABC News “Good Morning America”. Pour les besoins d’une émission spéciale, plusieurs journalistes ont joué le jeu et ont fait le test préventif. Objectif : inciter les téléspectatrices à les imiter. Mais Amy Robach était au départ réticente à l’idée de passer cette mammographie en direct à la télévision. Mais elle a fini par céder comme elle l’explique dans une tribune publiée sur le site de la chaîne. 

Agée de quarante ans, cette journaliste réalise donc son premier test le 1er octobre dernier devant des millions de téléspectateurs. Elle est persuadée de ne pas être atteinte du cancer. “J’imaginais qu’il était virtuellement impossible que j’aie le cancer. Je travaille, je mange bien, je prends soin de moi et je n’ai pas d’antécédents familiaux” écrit-elle. Mais malheureusement après la mammographie, les médecins ont convoqué Amy Robach pour des examens complémentaires.

Ainsi, la journaliste a appris sa maladie au tout début du mois de novembre. “C’est encore très difficile pour moi de le dire haut et fort, mais je suis atteinte d’un cancer du sein”. Elle passera sur la table d’opération dans les prochains jours pour subir une double mastectomie, suivie d’une chirurgie réparatrice. Depuis, Amy Robach a bien sûr réitéré son appel à l’attention des femmes de plus de 40 ans, les incitant à faire le test de dépistage au plus vite. “Je sais que je vais devoir livrer bataille, mais je suis reconnaissante d’avoir pu passer cet examen ce jour-là grâce à Good Morning America”.

See on www.atlantico.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

October 24, 2013

Seintinelles : participez à la recherche sur les cancers de la femme : Allodocteurs.fr

Pour soutenir la recherche dans la lutte contre les cancers féminins, l’association Seintinelles a lancé un site Internet dont l’ambition est de relier les scientifiques et les femmes volontaires pour participer aux recherches.

La solidarité féminine, parfois prônée avec humour, pourrait être utilisée pour barrer la route aux cancers qui touchent les femmes !

L’association Seintinelles, soutenue par l’Institut national du cancer, la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer et le groupe Chantelle®, appelle les femmes à se porter volontaires pour la recherche contre le cancer, en constituant une grande base de données.L’objectif est d’accélérer le progrès dans la lutte contre le cancer en aidant les scientifiques dans leurs recherches. Ils ont en effet besoin de faire appel à d’importants échantillons de population pour mener leurs études. Or, il n’est pas évident de rassembler un tel nombre de participantes.

See on www.allodocteurs.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

October 24, 2013

IBM Watson fires its own cancer-fighting ‘moonshot’

Cancer research hospital MD Anderson launched a program, in partnership with IBM Watson, to eradicate eight different forms of cancer.

Tech companies have a preferred term to describe their most ambitious and meaningful projects: “moonshots.”

Google chief executive Larry Page borrowed it from John F. Kennedy, who 50 years ago challenged Congress and the nation to put a man on the moon. Today, IBM executives used the term to describe how the Watson super computer is fighting cancer, and a new initiative that is a veritable moonshot.

IBM’s stab at bringing information technology to healthcare is more than just a publicity stunt. The technology giant is working closely with the MD Anderson Cancer Center at the University of Texas, which is one of the top cancer research facilities in the country. MD Anderson launched a program last year to eradicate eight different forms of cancer, with an initial focus on Leukemia.

MD Anderson’s program has enjoyed tremendous financial support in its first year, with more than $139 million in private philanthropic commitments. Oil heiress Lyda Hill has donated $50 million to the program. The funding has gone to support new technologies, like the IBM Watson, and doctors performing new research on eight specific cancer types: melanoma, myeloid and lymphocytic leukemias, myelodysplastic syndromes, and lung, prostate, breast, and ovarian cancers.

See on venturebeat.com

From Pharmaceutical Industry digital vision

Tags: ,
October 21, 2013

Cancers féminins : toutes invitées à aider la recherche

VIDÉO – Un nouveau site internet facilite la mise en contact entre les scientifiques travaillant sur les cancers de la femme et les volontaires prêts à participer à des travaux de recherche.

On connaissait la démocratie participative ou encore le financement participatif. Il existe aussi la recherche participative, qui n’est pas la dernière à se développer. Dernière initiative en date, le site seintinelles.com permet depuis septembre à toutes les personnes souhaitant collaborer à des études scientifiques sur les cancers féminins d’être informées des opportunités de se porter volontaire. Le site enregistre déjà 1400 abonnés, dont 60% sont des femmes directement concernées. «L’objectif est que ces femmes aident les chercheurs qui aident les femmes», résume Guillemette Jacob cofondatrice du site. Et effectivement, avec une femme sur cinq confrontée à un cancer au cours de sa vie, le potentiel de mobilisation est énorme.

L’idée germe dans l’esprit de Fabien Reyal, chirurgien et spécialiste du cancer du sein à l’Institut Curie, au cours d’un congrès aux Etats-Unis. Il y découvre le site Army of women, une plateforme internet qui met en contact des chercheurs et des femmes confrontées à un cancer du sein, qui souhaitent participer à des études. Il en parle alors avec Guillemette Jacob, une ancienne patiente et spécialiste en communication. C’est le point de non retour: un tel site doit exister en France, mais pas seulement pour le cancer du sein, pour tous les cancers féminins.

«Nous débutons ainsi car énormément de femmes confrontées au cancer déploient une énergie extraordinaire pour tenter de préserver leur santé et celle des générations à venir. Nous sommes convaincus que cette énergie peut être mise au service de la recherche», explique Guillemette Jacob.

Trois études déjà dans les tuyaux

Le principe est simple: toute femme malade ou guérie ou toute autre personne concernée par les cancers féminins est invitée à se connecter sur le site et à s’inscrire à la newsletter. Dès qu’une étude est lancée, l’adhérent reçoit un courriel présentant les objectifs et les modalités de l’étude. Un questionnaire de préqualification permet de savoir rapidement si l’internaute présente le profil recherché. Si c’est le cas, il sera directement contacté par l’auteur de l’étude. Si ça n’est pas le cas, cette personne peut toujours en parler autour d’elle. Dans tous les cas, la participation est basée sur le volontariat et la gratuité.

See on sante.lefigaro.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

Tags: ,
October 15, 2013

Cancer in EU cost 126 billion Euros in 2009

The first ever study to evaluate the economic cost of cancer across the 27 countries of the EU has found that the total cost of cancer in the EU in 2009 was 126 billion Euros, with cancer in Germany, France, Italy, and the UK together accounting for just over two-thirds of this cost (83 billion Euros).

The results, published in The Lancet Oncology, reveal substantial disparities between different countries in the EU in spending on health care and drugs for cancer, with Luxembourg and Germany spending the most on health care for cancer per person, and Bulgaria spending the least. Overall, expenditure on drugs for cancer accounted for around a quarter of the total cost (€14 billion). Spending on cancer medications as a percentage of health care costs was lowest in Lithuania, and highest in Cyprus.

A team of researchers from the Health Economics Research Centre, at the Nuffield Department of Population Health, University of Oxford, UK, and from King’s College London, Institute of Cancer Policy and KHP Cancer Centre UK, collated data obtained from international health organisations (WHO and EUROSTAT), as well as national ministries of health and statistical institutes to estimate the total cost of cancer across the EU in 2009, the most recent year for which comprehensive data were available.

The overall calculation included the cost of health care for cancer (including the cost of drugs), the cost of productivity losses (due to premature death, and people being unable to work due to illness), and the cost of informal care from friends and relatives, estimating the overall cost in 2009 to be €126 billion.

See on www.medicalnewstoday.com

From Pharmaceutical Industry digital vision

Tags:
October 14, 2013

Esperity™ : un réseau social pour les malades du cancer : Allodocteurs.fr

‘Plus jamais seul face au cancer’, c’est le leitmotiv du tout nouveau réseau social Esperity™, destiné aux malades du cancer. Mondial et multilingue, Esperity™ est lancé cette semaine en français.

“Il y a beaucoup de choses que le patient et le médecin ne parviennent pas à communiquer entre eux, parfois des choses qui peuvent paraître futiles, mais qui sont importantes pour le patient”, explique Erard le Beau de Hemricourt, médecin belge spécialiste en médecine nucléaire et l’un des créateurs d’Esperity™.

“Le site est une offre au patient pour combler un vide qu’il signalait pendant la consultation médicale”, ajoute-t-il. Soutien ou conseils pourront s’exprimer sous la forme de commentaires, comme on le trouve de façon classique sur les réseaux sociaux.

Trouver son “jumeau médical”

Grâce aux nouveaux outils de traduction instantanée sur Internet, les utilisateurs pourront facilement communiquer entre eux quel que soit leur pays d’origine. Une initiative qui non seulement élargit la communauté mais augmente les chances de trouver son “jumeau médical”, selon l’expression du Dr le Beau de Hemricourt.

En effet, Esperity™ demande au patient de décrire sa maladie selon de nombreux critères : type, sous-type, biomarqueurs (mutations génétiques), que peuvent venir compléter âge, origine ethnique ou encore habitudes de la vie quotidienne pour qu’un malade puisse trouver où que ce soit dans le monde le cas le plus similaire possible au sien.

See on www.allodocteurs.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

October 7, 2013

Lancement de la plateforme Seintinelles

Une plateforme web pour mettre en relation chercheurs et volontaires autour du cancer a été lancé au cours du mois de septembre : Seintinelles.com. Présentation.En ligne depuis le mois de septembre…

En ligne depuis le mois de septembre 2013, la plateforme web seintinelles.com, soutenu par l’Institut national du cancer (INCa) , a pour objectif de mettre en relation chercheurs et société civile. Elle permet aux femmes, volontaires, de participer aux études de chercheurs travaillant sur tous les cancers, afin d’accélérer la recherche.

See on buzz-esante.com

From Pharmaceutical Industry digital vision