Archive for ‘Pharmacie / Chimist’

December 26, 2013

La pharmacie du IIIe millénaire

À la mi-avril parait le 3 000e « Quotidien du Pharmacien ». Un numéro exceptionnel est publié pour l’occasion, permettant de donner la parole à tous nos lecteurs : étudiants, officinaux, ordinaux, grossistes-répartiteurs, institutionnels, représentants syndicaux, enseignants, politiques, laboratoires, groupements, organismes de formation, groupements, génériqueurs… afin qu’ils partagent leur vision de la pharmacie de demain. L’occasion également d’aborder les sujets incontournables de leur quotidien, de la future rémunération mixte aux objectifs génériques, en passant par la dégradation économique, la maîtrise médicalisée, la réforme des études de pharmacie, les holdings, la vente en ligne, etc. Autorisée depuis le 1er janvier en France, celle-ci commence alors tout juste à tisser sa toile. Fin avril, on comptait 7 sites marchands dûment autorisés au e-commerce de médicaments et beaucoup plus de réticents dans les rangs des pharmaciens.

See on www.lequotidiendupharmacien.fr

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

November 21, 2013

Prix des médicaments : le président du CEPS défend le modèle français

Invité des VIe Rencontres de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), le président du Comité économique des produits de santé

Invité des VIe Rencontres de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), le président du Comité économique des produits de santé (CEPS), Dominique Giorgi, est revenu sur l’émission de France 3 « Pièces à conviction » intitulée le « scandale du prix des médicaments », diffusée le 13 novembre. « Les prix des médicaments en France ne sont pas les plus élevés d’Europe », dément-il. Selon lui, ils ne seraient même pas plus élevés que les prix italiens, contrairement à ce que l’émission rapportait. En effet, explique en substance le président du CEPS, les tarifs des spécialités dépendent des modes de consommation de chaque pays. Par conséquent, ils doivent être pondérés par les volumes de vente de médicaments, « comme le font tous les économistes sérieux », souligne-t-il. Dominique Giorgi va plus loin et indique que si l’on regarde de plus près l’étude, même en prenant les volumes relevés en Italie, les prix dans l’Hexagone sont comparables aux prix transalpins. « La seule différence observée porte sur les produits anciens qui ne sont plus sous brevet », relève le président du CEPS. Autrement dit, les génériques en France sont plus chers par rapport à d’autres pays, fait-il remarquer. Mais cela peut s’expliquer, car certaines contrées citées en exemple pour leurs génériques moins chers possèdent aussi parfois des systèmes de santé très éloignés du nôtre. Aux Pays-Bas, par exemple, l’assurance-maladie est privée et les génériques mis à disposition sont le fruit d’appels d’offres. Comme le dit le vieil adage : comparaison n’est pa raison. 

See on www.lequotidiendupharmacien.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

Tags: ,
November 11, 2013

Arnaud Montebourg interpellé par le G5 santé

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, s’est vu remettre ce matin un appel solennel des dirigeants du G5 santé*. Les

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, s’est vu remettre ce matin un appel solennel des dirigeants du G5 santé*. Les industriels souhaitaient ainsi faire part au ministre de leur mécontentement face au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2014. Ils dénoncent le manque de cohérence entre une politique industrielle ambitieuse pour une filière désignée comme stratégique et ce PLFSS qui, selon eux, est à même d’affaiblir fortement leurs entreprises. « Les efforts demandés sont disproportionnés, estime Marc de Garidel, président du G5 santé et P-DG du groupe Ipsen. Tandis que nos entreprises représentent 15 % des dépenses de santé, notre contribution au déficit de la Sécurité sociale s’élève à 50 % des économies ». Les industriels s’inquiètent aussi de l’élargissement aux biosimilaires du droit de substitution des pharmaciens. Christopher Viehbacher, directeur général de Sanofi, y voit « un problème grave de santé publique ». Un droit autorisé dans aucun autre pays développé, fait-il remarquer au ministre du Redressement productif. « Des choix ont été faits et arbitrés par le Premier ministre », rétorque Arnaud Montebourg, tout en assurant aux membres du G5 qu’il entend leurs inquiétudes et qu’il transmettra leurs propositions d’économies à la ministre de la Santé. Parmi les pistes d’économies envisagées, les dirigeants du G5 prônent le développement de l’automédication dans le cadre d’un parcours de soins avec un rôle accru pour le pharmacien d’officine. –

See on www.lequotidiendupharmacien.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

November 3, 2013

Les pharmaciens payés pour suivre des patients

Les officines recevront 40 euros d’honoraires pour des entretiens avec des malades sous anticoagulants.

La rémunération des officines évolue. Pour la première fois, dans le cadre de leur mission de santé publique, les pharmaciens vont percevoir des honoraires rémunérant le suivi des patients.

Depuis juillet, ils peuvent recevoir 40 euros par an s’ils réalisent au moins deux entretiens avec les malades chroniques traités avec des anticoagulants oraux AVK (anti-vitamine K). Le dispositif séduit les officines qui s’y rallient en masse depuis la fin de l’été. Le 8 octobre, 9 080 officines sur 22 700 dans l’Hexagone avaient adhéré au dispositif, plus de 51 000 patients avaient rempli un bulletin d’adhésion et près de 30 000 entretiens étaient déjà réalisés, indique l’Assurance-maladie.

Les patients, des malades chroniques sous traitement par AVK pour au moins six mois, âgés en moyenne de 73 ans, ne déboursent rien et le pharmacien est rémunéré par la Sécurité sociale l’année suivante. D’ores et déjà, si la totalité des adhésions enregistrées est suivie d’entretiens, plus de 2 millions d’euros seront versés aux officines en 2014. Et si tous les patients consommant de l’AVK adhèrent au dispositif, plus de 16 millions d’euros par an reviendront aux pharmaciens.

Mais la cagnotte gonflera encore lorsque le dispositif sera élargi, comme prévu, à l’ensemble des anticoagulants oraux, prescrits à plus d’un million de Français. La note pour l’Assurance-maladie pourrait alors s’élever à 40 millions d’euros. Une facture à comparer au coût des 17 000 hospitalisations annuelles liées aux hémorragies provoquées notamment par une consommation mal réglée d’anticoagulants

See on www.lefigaro.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

October 21, 2013

Vente de médicaments en ligne : un premier bilan mitigé : Allodocteurs.fr

Acheter des médicaments sans bouger de chez soi, c’est désormais possible. Depuis le mois de juin 2013, les pharmacies françaises ont le droit de faire de la vente sur Internet. Le système est évidemment très encadré puisque la vente en ligne n’est autorisée que pour les médicaments sans ordonnance et les pharmacies doivent demander une autorisation à l’Agence régionale de santé avant de se lancer. Quel bilan en tirer après quatre mois de fonctionnement ? Les Français ont-il changé leurs habitudes ? La sécurité des médicaments est-elle toujours bien assurée ?

”Acheter ses médicaments en ligne”, un reportage de Dominique Tchimbakala, Arnaud Jacques et Isabelle Gastebois

Il s’agissait au départ d’une directive européenne. Non appliquée en France. Jusqu’à ce qu’un pharmacien normand se décide à la mettre en application, obligeant ainsi le Conseil d’Etat à se prononcer. Dorénavant, les pharmacies françaises ont le droit de vendre des médicaments sur Internet.

Mais attention, il ne s’agit que de médicaments en vente libre et les pharmacies doivent au préalable demander une autorisation à l’Agence régionale de santé.

See on www.allodocteurs.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

October 15, 2013

e-pharmacie et vente de médicaments en ligne

L’arrêté du 20 juin 2013 autorise désormais la vente et l’achat de médicaments sur Internet. Voyons les règles du jeu pour les pharmaciens souhaitant se lancer sur internet.

Vente de médicaments sur internet: une mesure phare

Avant le décret du 20 juin 2013, la vente de médicaments se faisait exclusivement en pharmacie. Dorénavant, les consommateurs pourront s’approvisionner sur Internet, mais uniquement concernant les médicaments ne nécessitant pas d’ordonnance.

La décision d’autoriser la vente en ligne de médicaments est une première en France. En effet, aucune pareille mesure n’avait été entreprise au cours des années précédentes. C’est à Roselyne Bachelot, ex-ministre de la Santé, que l’on doit cette initiative.

La vente de médicaments sur Internet est une pratique qui se fait depuis longtemps dans d’autres pays de l’Union. La Cour de justice des communautés européennes s’est d’ailleurs prononcée en faveur d’une telle mesure dans l’arrêt Doc Morris, rendu en 2003. En France, l’arrêté du 20 juin 2013, relatif aux bonnes pratiques de dispensation des médicaments par voie électronique, est entré en vigueur le 12 juillet dernier. Le but de cet acte ministériel est de permettre le libre accès aux médicaments, mais aussi de renforcer la compétitivité entre les différentes officines.

See on www.acs-websante.com

From  Pharmaceutical Industry digital vision

Tags: ,
October 14, 2013

Génériques: les pharmaciens envoient la clé de leur boutique au ministère

Les pharmaciens sont invités par deux syndicats à envoyer une clé de leur officine au ministère de la Santé pour protester notamment contre un projet prévoyant une transparence totale sur les remises accordées par les fabricants de médicaments génériques.

“Madame la ministre, voulez-vous fermer mon officine ?” interpellent dans une lettre l’USPO et l’UNPF. Les deux syndicats proposent aux pharmaciens de transmettre ce courrier, assorti des clés de leur établissement à Marisol Touraine, ministre de la Santé.

 

Par cette action symbolique, ils s’élèvent contre la lenteur des négociations sur la rémunération des pharmaciens et le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2014, qui prévoit des économies sur les médicaments à hauteur de 960 millions d’euros.
Ils protestent également contre l’article 40 du PLFSS, qui impose aux fabricants de génériques de déclarer tous les avantages commerciaux et financiers accordés aux pharmaciens.
Les laboratoires peuvent proposer aux officines des remises commerciales dans la limite de 17% du prix catalogue. Mais d’autres types de remises existent, sous forme de contrats de coopération commerciale, “qui sont des contournements de ce plafond de 17%”, écrit le gouvernement dans son étude d’impact du PLFSS.
Les syndicats craignent que cet article aboutisse à l’interdiction de ces remises supplémentaires.
“On risque de perdre l’équivalent des contrats (de coopération commerciale), soit 30.000 euros par officine par an, soit un emploi par officine”, affirme Gilles Bonnefond, secrétaire général de l’USPO.
L’interdiction de ces contrats serait également une “catastrophe” pour Philippe Gaertner, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France, le premier syndicat de pharmaciens, qui ne participe pas à l’opération.

See on www.leparisien.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

Tags:
October 6, 2013

Actualités Pharmacie : Médicaments à l’unité : l’USPO propose la création d’un groupe de travail

Défavorable à la dispensation à l’unité, l’USPO a indiqué dans un communiqué souhaiter “faire des propositions concrètes au ministère de la Santé pour lutter contre le gaspillage et le mésusage des antibiotiques, dans le cadre d’un groupe de travail avec les médecins et les patients.”

See on http://www.wk-pharma.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

October 6, 2013

Actualités Pharmacie : Complémentaires : la FSPF annonce le lancement de Visiodroits

La FSPF a annoncé le lancement de Visiodroits destiné à limiter les rejets de paiement pour la part complémentaire, dans le cadre de la pratique du tiers payant.

Le logiciel télécharge, sans intervention du pharmacien, auprès du serveur informatique de la complémentaire, les droits numériques du patient par période de trois mois (droits et taux de remboursement).

Un système électronique d’accréditation garantit au pharmacien d’être payé.

Visiodroits est disponible sur les logiciels Alliadis, Isipharm et Winpharma et pour lescomplémentaires de iSanté et Viamédis

See on www.wk-pharma.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

Tags:
September 30, 2013

Actualités Pharmacie & Automédication : information et pédagogie

Le troisième forum de l’automédication organisé par l’Afipa le 18 septembre a examiné les pistes à creuser pour favoriser la généralisation d’une automédication responsable en France.

Roger Rua, président du Syndicat des médecins libéraux, propose d’instaurer des consultations médicales à visée pédagogique pour les patients, au cours desquelles le médecin leur explique quels traitements d’automédication ils peuvent utiliser.

Pour Jean Gardette, directeur adjoint de l’évaluation à l’ANSM, il faut entreprendre des actions analogues à celles qui ont permis de lancer les génériques en 1999 et sensibiliser un public plus large sur l’automédication en tant que première étape du parcours de soins, en investissant les réseaux sociaux et la communication  digitale.

See on www.wk-pharma.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

Tags: