Archive for ‘Finance’

January 14, 2014

Pharmaceutical industry results preview: Sun Pharma, Dr Reddy’s, Lupin, others … – Financial Express

Financial Express Pharmaceutical industry results preview: Sun Pharma, Dr Reddy’s, Lupin, others …

See on www.financialexpress.com

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

Advertisements
January 12, 2014

#Pharma Gets Personal: The Cost of Personalized Medicine

The end of big pharma’s blockbuster era is often in the forefront of the industry’s strategic planning.  Healthcare’s focus has long reflected pharma’s focus on products with far-reaching effects.  Treatments often focus on alleviating patients’ common symptoms rather than targeting the specific — sometimes niche — causes of these ailments.  But healthcare as a whole is changing and the pharmaceutical industry along with it. Medicine’s new focus looks past these one-size-fits-all solutions toward a more tailored treatment approach.  Whereas once a blockbuster pill might have been the answer, doctors now want to fit the right (and most patient-specific) treatment to the right patient at the right time.

Personalized medicine (PM) is healthcare’s answer to meeting patients’ individual needs.  PM matches treatments to patients based on their genetic make-up.  These treatments rely on biomarkers — variants of DNA sequences, enzyme levels or the presence or absence of specific receptors — to identify the best fit for patients.  These biomarkers allow healthcare professionals to estimate the likelihood that a treatment will be successful or that it may induce dangerous side effects.  Because these treatments cater to such a distinct system — one exhibiting specific biomarkers rather than one showing only certain symptoms — personalized medicine can be much more successful in curing or mitigating diseases.  Drug makers have already made strides in cultivating PM cancer therapies, and some have even begun targeting mental illness therapies.

Read more: http://www.cuttingedgeinfo.com/2014/pharma-personal-cost-personalized-medicine/

See on www.cuttingedgeinfo.com

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

January 12, 2014

Europe vs. US Digital Health Financing – Zesty Blog

Europe is lagging far behind the US in terms of digital health financing. Find out how digital health accelerators are working to change this. (Europe vs.

See on www.zesty.co.uk

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

Tags: ,
January 3, 2014

Des dépenses de santé hors de contrôle

Proche de 8 milliards par an, le déficit de l’Assurance-maladie pourrait être multiplié par cinq d’ici à 2040.

La santé, un tonneau des Danaïdes? Selon les dernières projections du Haut Conseil à l’avenir de l’Assurance-maladie (HCAAM) publiées fin décembre, les dépenses de santé devraient augmenter beaucoup plus vite que la croissance jusqu’au milieu du siècle et creuser un peu plus le puits sans fond du trou de la Sécu. Sans aucune mesure correctrice, le déficit de l’Assu­rance-maladies’élèverait ainsi à 14 milliards d’euros en 2020, soit près de deux fois (7,7 milliards) celui enregistré en 2013. Pis, il doublerait à horizon 2030 puis culminerait à 41 milliards en 2040.

Ce sombre présage s’explique par la prévision de croissance des dépenses de santé particulièrement rapide jusqu’en 2024 (+3 %), puis élevée jusqu’en 2040 (+2,4 %) avant de ralentir ensuite (+1,8 %). Le système, qui accumule les déficits depuis plus de dix ans, ne survivrait pas à une telle vague de fond. En effet, l’accroissement du trou de la Sécu pour amortir la hausse des dépenses est à exclure. Cela «conduirait à faire financer par les générations futures les dépenses des soins des malades d’aujourd’hui», souligne le HCAAM, constitué de représentants des ­syndicats, du patronat, de l‘administration et d’experts.

Trois solutions listées

Certes, des mesures sont prises tous les ans dans le budget de la Sécu (2,9 milliards d’économies dans le budget 2014), pour corriger le tir. Mais les dépenses progresseront plus de deux fois plus vite que la croissance française! Et encore, le plus dur reste à faire. «Pour pérenniser l’équilibre budgétaire (éventuellement) atteint en 2020, des efforts devraient être poursuivis sans relâche au moins jusqu’en 2040», prévient le HCAAM. Le moteur de cette dérive? Le vieillissement de la population, pour une part «relativement modeste», et, surtout, «le progrès technique et l’organisation des soins apparaissent comme des contributeurs importants de la dépense de santé».

Face à ces phénomènes attendus, le Haut Conseil liste trois solutions, mais n’en retient qu’une. Augmenter les prélèvements sociaux (CSG et cotisations)? Impensable, vu le niveau actuel des dépenses. «Si on avait recours qu’aux seules hausses de recettes, celles-ci seraient récurrentes jusqu’en 2040», alerte le HCAAM. Accroître les déremboursements de soins? Pour que cela suffise à combler le déficit d’ici à 2020, la diminution du taux de prise en charge serait telle qu’elle «impliquerait un changement systémique majeur». Les complémentaires santé remboursant l’essentiel des dépenses, leur coût bondirait pour les assurés, tout du moins pour ceux qui pourraient s’en ­doter.

See on www.lefigaro.fr

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

 

January 3, 2014

Les 15 premières capitalisations mondiales 3 #pharma dedans

 

Les 15 premières capitalisations mondiales >> http://t.co/lJiE4vm2YC

See on blogs.lesechos.fr

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

December 9, 2013

Are digital health startups missing the holy-grail of government reimbursements?

Digital health start ups are either heavily slanted towards addressing consumers or towards payers & providers.

How many digital health start ups are really targeting the holy grail of Centers of Medicare and Medicaid (CMS) reimbursement dollars? It is really hard to find a good answer to that. I tried searching on Google for 2 hours after which I came to the following conclusions. Digital health start ups are either heavily slanted towards addressing consumers or towards payers & providers. Companies that target the vast gap in between these two categories are still a minority.

For example, let’s take FitBit. A great consumer oriented product helping patients achieve their health goals and eventually help them save dollars. But who pays for it? Not the commercial insurance companies such as Aetna or Cigna or the government based CMS. It is the consumers who pay for it on top of their insurance premiums. Practice Fusion is an electronic medical record company which targets physician groups, providers, and patients to meets their needs of tracking health information. Once again, neither the CMS nor the commercial insurances pay for the services.

CMS will levy hefty $300 million of fines (2% of overall net reimbursements) for more than a thousand hospitals for their high readmission rates. In addition, 1% of reimbursements will be held back for hospitals with longer than usual patient’s length of stay. I believe this is a holy grail for digital health companies to target their next big product or even package their current service offerings. Directly addressing this untapped opportunity and helping stakeholders recoup their share of reimbursement dollars is perhaps a new way to get paid from payers.

See on medcitynews.com

From Pharmaceutical Industry digital vision

December 5, 2013

2013 Pharma and Biotech Financial Report – Pharmaceutical Executive

Big Pharma and biotech continue to need each other. But biotech is feeling slightly more confident as the options for IPOs get better, writes Peter Young.

Business issues include ongoing structural challenges in pharma and biotech such as a very different R&D/commercialization dynamic; changing relationships with patients and providers; shifts in patent laws and regulation, reductions in government spending and unpredictable behavior with regard to pricing, market access and IP. External factors include a global economy struggling to resume growth and financial stability; continuing government efforts to prevent a Euro zone economic and financial meltdown; political uncertainties linked to the phase-in of comprehensive health reform in the US; economic slowdown in emerging market economies like India and Brazil; and a positive surge in Western stock market valuations.

These external factors have had an enormous incremental effect on the financial trends in pharma and biotech this year and will continue to have an impact going forward.

A recent report “Pharma and Biotech Strategic, M&A, and Financial Trends Report” by Young & Partners covers the first three quarters of 2013 and the outlook for 2014. The report presents a separate view of both the pharma and biotech industries and tracks :

See on www.pharmexec.com

From Pharmaceutical Industry digital vision

November 24, 2013

Le mal chronique des hôpitaux français : gigantisme, suradministration, vétusté, déficits | Le Cercle Les Echos

Le parc hospitalier français

Il est de 60 millions de m⊃2; (Cour des comptes). Il comprend en outre des logements (dont 20 % seraient inoccupés), des forêts, des domaines, des vignobles.

L’hypertrophie de l’Hôpital a créé des monstres de plus de 100 000 m⊃2; carnivores des cliniques privées et budgétivores. 99 % de la dotation MIGAC est allée aux hôpitaux (soit 8,3 Mds d’euros).

Les personnels

Avec 100 000 médecins l’hôpital qui dispose de 45 % du budget santé ne dispense pourtant que 25 % des soins. Les 35 heures : imposées en janvier 2002 ont entraîné le CET (compte épargne temps). Cela concerne 900 000 agents et des dizaines de milliers de médecins.

La plupart des établissements n’avaient pas provisionné le budget nécessaire. Il y aurait des dizaines de Mds de déficit depuis 20 ans s’ils n’avaient pas été comblés par des dotations (CDC).

On manque d’infirmières à l’hôpital. Ne faudrait-il pas simplifier les grandes administrations hospitalières pour augmenter le nombre de postes soignants ?

Les effectifs de l’AP-HP : ils sont supérieurs de 44 % à ceux observés en moyenne dans l’ensemble des hôpitaux pour la même part d’activité. L’écart entre le personnel médical de l’AP-HP et celui des autres CHU représente 550 équivalents temps plein.

Le nombre de médecins présents pour les soins varie de 1 à 6 au sein du même service, et sur une même semaine et le nombre de personnels pour un même acte varie de 1 à 3 entre le privé et le public.

See on lecercle.lesechos.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

November 24, 2013

Comment le secteur de la santé peut-il devenir efficient ?

+ VIDEOS Budget de la Sécu, complémentaires santé, médecine de parcours, hôpitaux… Lors du 19e Forum Economie Santé, les acteurs du secteur…

A l’heure où le gouvernement vient de se faire retoquer son projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2014 par la Sénat pour la deuxième année consécutive, les attentes des acteurs du monde de la santé sont apparues très fortes lors de ce 19e Forum Economie santé , organisé par « Les Echos ». D’autant plus que la « stratégie nationale de santé » présentée en septembre par Marisol Touraine sera mise en musique, dès l’année prochaine, dans un vaste projet de loi sur la santé.

Le budget de la Sécu est-il de gauche ?

Si l’on s’en tient aux chiffres, difficile de percevoir un changement entre les deux premiers budgets de la Sécu depuis l’élection de François Hollande et les dix précédentes lois de financement de la Sécurité sociale. Les économies demandées sont de mêmes hauteurs (2,5 milliards d’euros environ) et l’industrie pharmaceutique est toujours fortement mise à contribution. « Nos dépenses sociales, prises dans leur globalité, représentent entre 33 et 34% du PIB, il va falloir prendre tous les sujets globalement et trouver un nouvel équilibre » a estimé Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes, avouant sa « petite préférence » pour la TVA. En attendant, plus de la moitié de l’effort des économies sur la branche maladie porte cette année sur le médicament. « Sur les trois derniers PLFSS, on nous a pris 1,5 milliards d’euros chaque année, a rappelé Patrick Errard, président du LEEM. Devant l’urgence des déficits, tous les gouvernements recourent aux mêmes recettes mais le problème est qu’on assèche une industrie dont le chiffre d’affaires est désormais en recul. On ne reçoit plus les chocs de la même façon ». Renvoyés dos à dos, les représentants de la majorité et de l’opposition s’accordent néanmoins sur la nécessité de réformes structurelles. Rien de nouveau dans ce PLFSS, a estimé le député UMP Jean-Pierre Door qui ne craint pas la pirouette. « Ce n’est pas parce que nous avons taxé l’industrie pharmaceutique qu’il faut continuer » dit celui qui fut longtemps rapporteur du budget de la Sécu. Préserver l’industrie est une nécessité également soulignée par la sénatrice socialiste Catherine Génisson qui a appelé à « mettre en regard les questions comptables avec les définitions de l’organisation des politiques de santé ». Mettre en musique la « stratégie nationale de santé » sera effectivement le travail des parlementaires l’année prochaine.

See on www.lesechos.fr

From Pharmaceutical Industry digital vision

November 14, 2013

Why can’t big pharma invest in my company?

Velocity Pharmaceuticals’ CEO David Collier explores the challenges in pharma partnerships and questions why it is so hard for big pharma companies to invest in smaller startup biotechnology companies.

Big pharma companies today are “balance sheet rich” but “P&L poor”. They would like to invest in startup biotechnology companies in order to foster innovation and have access to new drugs. Investment by pharma companies in biotechnology companies could help fill the void left by vanishing venture capital firms. But if pharma companies are required to consolidate their investments, then the development spend of their startup investees hits the pharma R&D budget and P&L statement. This is a big problem for pharma. Wall Street values pharma stocks by multiples, so any increase in R&D spend could lead to a significant decrease in stock valuation, even if this “spend” is really investment into small companies discovering and developing new drugs.

In the old days, a pharma company could avoid consolidating an investment in a biotechnology company if it owned less than 20% of the biotechnology company’s equity. Many deals were struck with pharma companies purchasing 19.9% of the equity in their smaller biotechnology company partners. But today, in the wake of the Enron debacle, the rules for consolidation are much more complex. Today, FIN 46 and FASB Statement 167 set forth guidelines for the consolidation of “variable interest entities”. These rules are subject to interpretation, so different pharma companies may come to very different conclusions about the criteria that determine whether they need to consolidate investments. Ultimately, all decisions about consolidation of investments in “variable interest entities” boil down to “facts and circumstances,” which eventually are ruled upon by the pharma company’s auditors.

See on www.pharmaphorum.com

From Pharmaceutical Industry digital vision