Archive for ‘Enjeux / At stake’

January 6, 2014

What Will 2014 Bring for Mobile Healthcare?

Though medicine is not the first industry that we think of when it comes to companies who can utilize mobile technology, this year will see a huge mobile transformation for the world of medicine.

While most other industries have already been heavily influenced by the mobile revolution, healthcare has largely avoided this transition to same aggressive degree. Most experts believe, however, that the healthcare arena is growing tired of missing out when it comes to embracing new technologies, and are pleased to see that some segments within the industry are open to change this year.

With the proliferation of smartphones and other mobile devices, it is now easier than ever for patients to be connected to not only information about their health conditions, but also directly to the doctors and caretakers who can help them regulate those conditions. For example, some researchers believe that the same technology that is used to monitor the heart rates of patients can be used on the mobile scale to keep track of at-risk patients while they are on the go.

Standing in the way of these new innovations is the FDA, which continues to articulate concerns about not only the viability but also the safety of turning mobile devices into “mobile medicine.”

See on mhealthwatch.com

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

Advertisements
January 6, 2014

Connected health market will reach $8B in 2018 | mobihealthnews

The wellness products market generated around $3.3 billion in 2013 and will increase to more than $8 billion in 2018 through product sales and software and service revenues, which is a 142 percent growth, according to a new report by Consumer Electronics Association in conjunction with Parks Associates.

Device manufacturers sold more than 40 million wellness products in 2013, according to the report, and this figure will rise to more than 70 million by 2018.

“Current healthcare reform is driving demand for innovative products and services that people can manage themselves,” CEA president and CEO Gary Shapiro said in a statement. “Consumer electronics companies are paying close attention to the rise of a young, dynamic market for connected health and wellness devices. As a result, these products allow healthcare providers to engage with their patients more effectively and help consumers better self-manage their own care needs.”

In a survey of just under 2,000 mobile phone users, CEA found 29 percent of users with health problems would try a device with easy usability to track their condition and progress towards their goals, and 27 percent of mobile phone users would prefer a personalized plan to help guide them through their journey to better health.

See on mobihealthnews.com

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

December 26, 2013

IBM reveals its top five innovation predictions for the next five years: ‘Everything will learn’

IBM revealed its predictions for five big innovations that will change our lives within five years.

The IBM 5 in 5 is the eighth year in a row that IBM has made predictions about technology, and this year’s prognostications are sure to get people talking. We discussed them with Bernie Meyerson, vice president of innovation at IBM, and he told us that the goal of the predictions is to better marshal the company’s resources in order to make them come true.

“We try to get a sense of where the world is going because that focuses where we put our efforts,” Meyerson said. “The harder part is nailing down what you want to focus on. Unless you stick your neck out and say this is where the world is going, it’s hard to you can turn around and say you will get there first. These are seminal shifts. We want to be there, enabling them.”

In a nutshell, IBM says:

– The classroom will teach you.
– Buying local will beat online.
– Doctors will use your DNA to keep you well.
– A digital guardian will protect you online.
– The city will help you live in it.

Meyerson said that this year’s idea

See on medcitynews.com

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

Tags:
December 17, 2013

Samsung parraine un concours sur les objets connectés pour de nouvelles idées – Phonandroid

Samsung va parrainer un concours afin d’y déceler des startups innovantes et des concepts nouveaux pour ses objets connectés.

La première « Smartwatch » de Samsung, la Galaxy Gear, n’a pas rencontré le succès espéré par la firme, ni pressenti par certains analystes. Elle a subi de nombreux retours plutôt négatifs au début de sa commercialisation. Cependant le constructeur ne compte absolument pas en rester là et veut s’engouffrer dans cette niche qui semble promise à un grand avenir.

Samsung Europe  a annoncé qu’il allait parrainer l’Innovation World Cup of Wearable Technologies qui se tiendra à Munich les 27 et 28 janvier 2014. De nombreuses entreprises indépendantes vont y exposer leur idées relatives à l’utilisation et au développement de technologies portables ou d’objets connectés.

See on www.phonandroid.com

From Pharmaceutical Industry digital vision

Tags:
December 17, 2013

PwC Identifies Top 10 Health Industry Issues for 2014

PwC’s Health Research Institute has identified more than a few health industry issues that will be prominent in 2014. Implementation of the Affordable Care

Price transparency is growing as purchasers – consumers and employers – are demanding and receiving more information on cost and qualityEmployers are exploring new health insurance options through private exchangesNew regulation aims to eliminate counterfeit medications in the drug supply chainStates are turning to managed care to help contain Medicaid long-term care costsAll healthcare companies need to rethink their roles and business models in the new health economyHealthcare companies will need to change their rules on innovation — embrace “fail fast” approachesSocial, mobile, analytics, and cloud technologies are driving new health industry business modelsCorporate venture capital is picking up the slack as traditional venture funding slows for pharmaceutical start-upsTechnology is redefining the healthcare job marketDrugmakers must rethink their clinical trial research methods, embracing alternative approaches

See on mhealthwatch.com

From Pharmaceutical Industry digital vision

Tags:
December 15, 2013

Santé : une vraie connaissance des risques liés aux données mais un manque de pratique | L’Atelier: Disruptive innovation

Depuis le passage graduel à l’informatisation des données, et d’autant plus aujourd’hui avec la perspective de la standardisation à moyen, voire court terme, des Dossiers Médicaux Personnels, l’enjeu de la protection, pour les infrastructures de santé, qu’elles soient publiques ou privées, est devenu une priorité. Et cette priorité a porté ses fruits puisque selon l’étude menée par el cabinet d’audit PwC auprès de différents secteurs d’activité dont la Santé, 74% des professionnels médicaux expriment leur confiance dans l’efficacité de leurs procédures de sécurité. En effet, le budget alloué à la sécurisation des banques de données et à la mise en place d’outils de prévention est en augmentation constante depuis 2009, culminant en 2013 à 2,2 millions en moyenne, soit 20% de plus que l’année précédente. Mais si la priorité est mise dans le secteur de la protection informatique, et les fonds alloués conséquents, les résultats montrent encore un manque d’expertise qui peut s’avérer crucial.

Plus d’attaques, plus diversifiées

Il existe une réelle différence dans la mise en place de protocoles de sécurité entre la conception et la pratique. C’est ce que 23% des interrogés relèvent, ils se sentent plus confiants dans la création théorique des procédures plutôt que dans leur implémentation réelle. Le nombre moyen d’attaques dont est victime le secteur de la Santé semble légitimer les inquiétudes des professionnels, puisqu’il n’a cessé de croître au fil des ans, avec une hausse particulièrement importante entre 2012 et 2013 à hauteur de 40%, pour atteindre 2400 occurrences. Et encore ces attaques ne sont que celles qui ont pu être relevées par ces mêmes systèmes de sécurité. Statistique d’autant plus alarmante de par le caractère extrêmement sensible des données en jeu, celles des patients. Ces informations sont la priorité des attaques informatiques, ainsi dans 36% des cas le résultat d’une attaque informatique rend le dossier médical du patient inutilisable.

See on www.atelier.net

From Pharmaceutical Industry digital vision

December 10, 2013

“L’industrie pharmaceutique doit trouver de nouveaux leviers de croissance pour perdurer” | L’Atelier: Disruptive innovation

A l’aube de la santé connectée, ce n’est plus vers le médicament que l’industrie pharmaceutique se tourne mais vers des solutions thérapeutiques personnalisées engendrant de nouvelles relations avec le médecin et le patient.

L’Atelier : Quels sont les solutions relatives à la santé connectée que vous proposez ? Dans quelle démarche cela s’inscrit-il?

Rémy Teston : Nous ne proposons pas pour l’heure d’outils ou d’objets connectés mais il s’agit d’une tendance que nous avons détectée et qui est en évolution. En fait, il n’existe pour l’instant que peu d’initiatives dans le domaine pharmaceutique. L’ensemble des laboratoires essaie de mieux comprendre cet enjeu avant de se lancer. Nous évoluons en effet dans un secteur très réglementé. La seule initiative que je connaisse est celle de Sanofi avec un projet autour du diabète. Nous nous laissons le temps de découvrir le marché.

S’il n’y a pour l’instant pas d’initiative, quels sont vos projets ?

Si nous sommes en observation, la santé et les objets connectés deviendront assurément un axe important pour l’industrie pharmaceutique. Nous voyons les objets connectés englobés dans tout un tas de services connectés autour de différentes thématiques. La prévention, le dépistage, le contrôle de la prise de médicaments à destination des seniors notamment sont des sujets à aborder. De plus, des outils collaboratifs de mise en relation avec les professionnels de santé et les patients pourront être mis en place ainsi que des dispositifs digitaux d’aide dans le parcours de soin. En utilisant le web et le mobile, nous pourrions également proposer des outils virtuels d’aide à la formation.

La santé connectée signifie-t-elle un changement de business model pour les laboratoires pharmaceutiques ?

Actuellement, l’industrie se centre autour du développement et de la promotion de médicaments. Seulement, pour perdurer, il faut trouver de nouveaux leviers de croissance. Il devient en effet difficile de lancer de nouveaux produits. Si ces changements ne sont pour l’heure pas actés, le business model évoluera à l’avenir. Les laboratoires pharmaceutiques doivent repenser leur modèle en direction de solutions thérapeutiques complètes associant médicaments et services personnalisés. L’observance fait partie de nos priorités dans le cas de maladies chroniques comme le diabète. En tout cas, il ne faudra pas rater cette nouvelle tendance car si nous négocions mal ce virage d’autres acteurs pourront prendre la place.

See on www.atelier.net

From Pharmaceutical Industry digital vision

December 9, 2013

Are digital health startups missing the holy-grail of government reimbursements?

Digital health start ups are either heavily slanted towards addressing consumers or towards payers & providers.

How many digital health start ups are really targeting the holy grail of Centers of Medicare and Medicaid (CMS) reimbursement dollars? It is really hard to find a good answer to that. I tried searching on Google for 2 hours after which I came to the following conclusions. Digital health start ups are either heavily slanted towards addressing consumers or towards payers & providers. Companies that target the vast gap in between these two categories are still a minority.

For example, let’s take FitBit. A great consumer oriented product helping patients achieve their health goals and eventually help them save dollars. But who pays for it? Not the commercial insurance companies such as Aetna or Cigna or the government based CMS. It is the consumers who pay for it on top of their insurance premiums. Practice Fusion is an electronic medical record company which targets physician groups, providers, and patients to meets their needs of tracking health information. Once again, neither the CMS nor the commercial insurances pay for the services.

CMS will levy hefty $300 million of fines (2% of overall net reimbursements) for more than a thousand hospitals for their high readmission rates. In addition, 1% of reimbursements will be held back for hospitals with longer than usual patient’s length of stay. I believe this is a holy grail for digital health companies to target their next big product or even package their current service offerings. Directly addressing this untapped opportunity and helping stakeholders recoup their share of reimbursement dollars is perhaps a new way to get paid from payers.

See on medcitynews.com

From Pharmaceutical Industry digital vision

December 5, 2013

L’internet des objets nécessite-t-il des entrepreneurs confirmés ? | L’Atelier: Disruptive innovation

Promu par certains comme la troisième phase de l’internet, l’internet des objets nécessiterait un amalgame de compétences et de besoins en financement difficilement accessibles aux débutants.

En agrégeant des problématiques web et industrielles, l’internet des objets serait le fait d’entrepreneurs au profil confirmé. C’est en tout cas un des enseignements à tirer du livre blanc duG9+ intitulé “Les nouveaux eldorados de l’économie connectée”et réalisé en collaboration avecRenaissance Numérique. En effet, les contraintes liées à la production, la technicité ou encore le coût à la fabrication et le fait de lier celles-ci au web semblent difficilement appréhendables par des débutants. “Faire un objet connecté, c’est comme faire un film : il faut gérer des dizaines de paramètres et d’éléments”, déclare Fred Potter, CEO de Netatmo dans cet ouvrage.

Le Tandem Marketeur/Développeur ne serait pas pertinent

L’empirisme semble en effet démontrer la thèse du Think Tank car les champions français de l’internet des objets comme Withings sont les fruits de réflexions d’entrepreneurs aguerris. Ingénieurs de formation, ces entrepreneurs connaissaient en outre déjà bien l’univers de la connexion au web. Et si bien des pépites du web ont été montées par le fameux binôme marketeur/développeur, l’Internet des objets en sonnerait leur glas.  “Dans l’objet, il y a une exigence qui est encore plus forte, notamment sur l’interface utilisateur et l’usage.”, explique Paul-François Fournier,  Directeur exécutif innovation au sein de BPI France. Ainsi, la simple adaptabilité d’une interface web ne suffit plus car pour s’adresser au grand public, il apparait nécessaire de gérer tout un processus de l’ingénierie au service « en passant par le design du software comme du hardware, sans oublier le management de la chaîne de production », rappelle ce livre blanc.

La barrière des investissements à l’entrée

Avide de compétences, l’internet des objets l’est également en investissement financier. En effet, l’étude nous apprend que les coûts liés à la conception, l’intelligence de la technique et du design, la production et la gestion du service nécessitent des investissements drastiques. “On ne peut pas se contenter de petits investissements, explique Fred Potter. “Faire un objet connecté, c’est un an de travail et deux millions d’euros d’investissement.” Si le soutien public demeure résiduel, un soutien opérationnel au déploiement des objets connectés peut être assuré par l’Etat. Par ailleurs, la BPI agit via le financement des fonds d’investissements dédiés à l’Internet des objets pour lever des fonds privés. Un investissement important implique également que les investisseurs voient en des profils confirmés un élément rassurant.

See on www.atelier.net

From Pharmaceutical Industry digital vision

November 27, 2013

L’Europe et surtout la France, prêtes à se saisir du potentiel de l’internet des objets ? | L’Atelier: Disruptive innovation

Si l’Europe a perdu la bataille des terminaux mobiles, l’internet des objets constituerait une nouvelle ère dans laquelle le vieux continent garde toutes ses chances, et plus particulièrement la France.

Les projections quant au nombre des objets connectés varient entre 50 et 80 milliards à l’horizon 2020. C’est en effet ce qu’il a été annoncé lors de la 17ème rencontre annuelle de L’Institut G9+intitulée les nouveaux eldorados de l’économie connectée. “Cette nouvelle ère débutera réellement quand il y aura plus d’objets connectés que d’hommes” a déclaré lors de la conférence Pascal Cagni, ancien DG d’Apple Europe, Moyen-orient, Inde et Afrique et éminent Business Angel. Et cela ne saurait tarder. En effet, la technologie Bluetooth low energy, la nanoïsation des composants, leur coût désormais moindre pour une puissance accrue ainsi que le protocole IPV6 qui permettra de disposer de 9 connexions par individu font changer l’aptitude à utiliser des objets. Tout est donc réuni pour l’émergence d’une nouvelle économie estimée à 1,9 trillion de dollars dès 2020. Une opportunité pour l’Europe toute entière, mais surtout pour la France qui semble prête à la saisir.

De la place pour tout le monde

Ainsi, si les Google Glass, Google Car ou Galaxy Gear ont ouvert la voie au grand public, cela ne constituerait que la face visible de l’iceberg. En effet, lors de la conférence il a été révélé que la majeure partie du potentiel de marché n’a pas encore émergée. Les GAFA ne seront donc pas les seuls à pouvoir profiter de l’internet des objets. La France posséderait ainsi de réels atouts pour fabriquer des champions mondiaux. En effet, les écoles d’ingénieurs et son école de mathématiques constituent un  véritable terreau propice à l’éclosion de projets relatifs aux objets connectés. Les 60 000 “Frenchies” expatriés dans la Silicon Valley pourront également servir de relais aux entrepreneurs français. La France et à fortiori l’Europe possèdent d’ailleurs déjà des leaders qui verront leur potentiel décupler à la manière de ST Microelectronics, ARM ou CSR. Par ailleurs, ce sont de financements qu’auront besoin les entrepreneurs et notamment des Business Angels. Si l’écosystème des fonds d’amorçage est encore quelque peu fragile en France, la BPI a actionné certains leviers et les investissements commenceraient à décoller. Enfin la coopération européenne est nécessaire pour profiter au maximum de cette nouvelle opportunité. Si Londres et Paris sont les deux places perçues comme les plus dynamiques, Berlin avec Soundcloud en fer de lance constitue également un acteur avec qui il faut apprendre à travailler

See on www.atelier.net

From Pharmaceutical Industry digital vision