Archive for December, 2013

December 26, 2013

Comment la domination de l’industrie pharmaceutique vacille

À l’instar de l’industrie du disque, bouleversée par la dématérialisation de la musique, l’industrie pharmaceutique serait-elle à l’aube d’une révolution économique ? Face à la prise de contrôle de nouveaux acteurs et l’émergence de nouveaux services, elle risque de perdre sa position dominante sur le marché. Explications.

Notre santé et les systèmes économique et politique qui l’entourent devraient connaître des transformations majeures dans les années à venir. Car, malgré le maintien de la domination de l’industrie pharmaceutique sur le marché, les règles du jeu sont en train de changer. « Une logique dominante se caractérise par une même compréhension des acteurs de l’industrie concernant la manière dont les entreprises peuvent créer et capturer de la valeur. Pour l’industrie pharmaceutique, nous sommes en présence de grandes entreprises qui vendent des médicaments sur un marché dont elles contrôlent l’organisation des réseaux, de la recherche jusqu’à la mise sur le marché de leurs produits », explique Valérie Sabatier, chercheuse à Grenoble Ecole de Management. Seulement voilà, la balance penche petit à petit en défaveur des géants de l’industrie pharmaceutique.

L’ÉMERGENCE DE PME ET D’ASSOCIATIONS DE PATIENTS

Premier facteur du changement, le réseau et la collaboration entre entreprises, particulièrement dans le cas de l’industrie pharmaceutique où l’on a vu apparaître de nouveaux acteurs, notamment des PME, qui nouent des alliances avec des leaders d’autres secteurs, comme les semi conducteurs, l’agroalimentaire, l’information et la communication. Conséquence : l’industrie pharmaceutique commence à voir sa domination se fissurer et «  les business models évoluent, depuis un modèle simple et unique vers une multiplicité », observe Valérie Sabatier. Les PME ne sont pas les seules à changer la donne. En effet, les associations de patients occupent une place de plus en plus influente au centre des réseaux.  « Certaines, comme l’AFM Téléthon, fonctionnent comme des entreprises. Elles possèdent leur laboratoire de recherche, coordonnent des essais cliniques et développent des médicaments. D’autres agissent comme des capitaux risqueurs caritatifs, en fournissant les financements, les infrastructures et un cadre pour le développement clinique », souligne Valérie Sabatier. Or, si l’industrie pharmaceutique ne maîtrise plus les essais cliniques, elle perd une position stratégique fondamentale.

Mais, c’est surtout l’arrivée de nouveaux entrants qui suivent des règles différentes qui bouleverse le marché. « On l’a vu dans la musique : il y a eu une prolifération de business models grâce à Internet et pourtant les majors continuaient, sans rien changer, à faire de l’argent.  C’est l’arrivée d’Apple qui a créé un nouveau business model, car les petits acteurs n’ont pas le pouvoir de changer les règles du jeu », rappelle Valérie Sabatier. Ainsi, les technologies numériques apparaissent comme la nouvelle frontière de l’industrie pharmaceutique. Google, avec la création de Calico, espère « repousser les limites du vieillissement et allonger la durée de vie », Samsung fabrique déjà des génériques biotechnologiques et Sony pourrait lancer des jeux vidéo pour suivre l’évolution de notre santé.

See on www.grenoble-em.com

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

Advertisements
December 26, 2013

La pharmacie du IIIe millénaire

À la mi-avril parait le 3 000e « Quotidien du Pharmacien ». Un numéro exceptionnel est publié pour l’occasion, permettant de donner la parole à tous nos lecteurs : étudiants, officinaux, ordinaux, grossistes-répartiteurs, institutionnels, représentants syndicaux, enseignants, politiques, laboratoires, groupements, organismes de formation, groupements, génériqueurs… afin qu’ils partagent leur vision de la pharmacie de demain. L’occasion également d’aborder les sujets incontournables de leur quotidien, de la future rémunération mixte aux objectifs génériques, en passant par la dégradation économique, la maîtrise médicalisée, la réforme des études de pharmacie, les holdings, la vente en ligne, etc. Autorisée depuis le 1er janvier en France, celle-ci commence alors tout juste à tisser sa toile. Fin avril, on comptait 7 sites marchands dûment autorisés au e-commerce de médicaments et beaucoup plus de réticents dans les rangs des pharmaciens.

See on www.lequotidiendupharmacien.fr

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

December 26, 2013

E-santé et Internet des objets, en tête des potentielles vagues de piratage en 2014 | L’Atelier: Disruptive innovation

Si l’année 2013 a été épuisante pour les “cyber-défenseurs”, 2014 pourrait voir les secteurs technologiques en développement souffrir de l’acharnement des pirates informatiques.

HealthCare.gov, le site américain renfermant nombre de données personnelles relatives à la santé et figure de proue de l’ “ObamaCare” souffrira d’au moins une violation de données en 2014. C’est en tout cas un des avertissements portés par un rapport de Watchguard. En plus de la dimension politique évidente qui attire nécessairement les hackers, la quantité de données et d’échanges que va générer le dispositif en fait une cible de choix. Des chercheurs en sécurité ont d’ailleurs déjà décelé des tentatives infructueuses de piratage des applications web et souligné des problèmes de sécurité mineurs. Si l’éditeur de solutions de sécurité informatique ne préconise pas la non utilisation du site, la faille sera tout de même nécessairement trouvée par les pirates selon lui.

L’internet des objets, noël des pirates

Montre, voiture, dispositifs de santé ou de bien-être, domotique et maintes applications encore… D’après le rapport, l’internet des objets semble détenir des possibilités illimitées. Et cela sonne comme les douze coups de minuit un 25 décembre pour les pirates informatiques. En effet, l’Internet des objets est en passe de fournir aux hackers une aire de jeux matérialisée par la pluralité des périphériques connectés, selon les experts informatiques. Curieux ou malveillants, les pirates seront nécessairement attirés par le secteur. Depuis quelques temps, les experts en sécurité informatiques auraient prévenu des risques, et le marché semblerait rattraper son retard en la matière du fait de l’émergence prévue sous peu du troisième acte de l’Internet.

Des moyens de défense peu adaptés

Si les failles ont été si soulignées en 2013, ce serait du fait de moyens de défense peu adaptés selon l’étude. En effet, la plupart des entreprises comptent encore sur les pare-feu qui seraient désormais peu efficaces. De plus, ces contrôles de sécurité ne seraient pas configurés correctement. 95% des violations de pare-feu seraient en fait dues à ce type d’erreurs. Enfin, l’abondance de rapport d’erreurs noierait les responsables informatiques sous les informations les rendant incapables de déceler les évènements de sécurité importants. 2014 serait en conséquence l’année du déploiement d’outils de visibilité de la sécurité. Permettant d’identifier rapidement les failles, ces dispositifs devront également mettre en évidence les tendances en matière de sécurité afin d’influer sur la prise de décision en la matière.

See on www.atelier.net

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

December 26, 2013

Expanding into healthcare big data? Here’s a big data design primer

Aaron Kimball co-founded WibiData in 2010. He has worked with Hadoop since 2007 and is a committer on the Apache Hadoop project.

Software applications have traditionally been perceived as a unit of computation designed and used to solve a problem. Whether an application is a CRM tool that helps manage customer information or a complex supply-chain management system, the problem it solves is often rather specific. Applications are also frequently designed with a relatively static set of input and output interfaces, and communication to and from the application uses specially designed (or chosen) protocols.

Applications are also designed around data. The data that an application uses to solve a problem is stored using a data platform. This underlying data platform has historically been designed to enable optimal data storage and retrieval. Somewhere in the process of storage and retrieval of data, an application applies computation is to produce results in the application.

One unfortunate side effect of this optimized data storage and retrieval design is that it requires data to be structured in a predefined way (both on disk and during information design and retrieval.) In the world of big data, applications must draw on data from rigidly structured elements, such as names, addresses, quantities, and birthdays, as well as to loose and [unstructured data, http://en.wikipedia.org/wiki/Unstructured_data] such as images and free-form text.

Defining and building a big data application can be perplexing given the lack of rigidity in the underlying data. This lack of structure makes it more difficult to precisely define what a big data application will do. This applies to communication interfaces, computation on unstructured or semi-structured data and even communication with other applications.

While the traditional application may have solved a specific problem, the big data application doesn’t limit itself to a highly specific or targeted problem. Its objective is to provide a framework to solve many problems. A big data application manages life-cycles of data in a pragmatic and predictable way. Big data applications may include a batch or high-latency component, a low-latency (or real-time component), or even an in-stream component. Big data applications do not replace traditional single-problem applications, but complement them.

See on medcitynews.com

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

Tags:
December 26, 2013

DNA Nanotechnology the Future of Modern Medicine? – The Epoch Times

One of the most significant achievements in the field of biomedical engineering is the creation of DNA nanobots. These molecular robots made of DNA are designed to deliver medicines to specific cells that require healing and to target harmful cells, killing them without harming the healthy ones.

Unlike commonly used drugs and supplements, nanobots have a measure of intelligence and can conveniently move through the body in smart ways.

How are these nanobots produced? Scientists use DNA, breaking up the components and rearranging them into shapes such as barrels to carry medicine. DNA naturally has a tendency to react in certain ways to outside stimuli, and its components assemble according to natural attraction and repulsion. These reactions are manipulated to make the nanobots and to program them.

Nanobots are free-floating structures that move through the bloodstream and remain neutral until they encounter a particular site that requires assistance. With the help of molecular cues programmed into them, they can identify a precise location and perform the necessary actions.

Treatment with nanobots could prove to be especially effective against cancer. With chemotherapy treatment, healthy cells are killed along with the cancerous cells. Nanobots can detect the cancerous cells, however, and only release medicine upon encountering them.

Dr. Ido Bachelet told Israeli publication Globes in May: “It’s a bit like talking about a better gun, which only kills bad people.”

On Discovery News, Lloyd Smith, a chemist at the University of Wisconsin, said: “This is the first time that systems of nano-machines, rather than individual devices, have been used to perform operations, constituting a crucial advance in the evolution of DNA technology.”

People are curious to know what happens to nanobots after the treatment is completed.

See on www.theepochtimes.com

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

Tags:
December 26, 2013

Biggest Innovations in Medical Technology in 2013

The field of medical technology is incredibly exciting these days. Each breakthrough has the potential to impact the lives of thousands of patients, sometimes changing the course of medical history and forever improving the human experience. Such can be argued for antibiotics, x-rays, vaccines, or even things as seemingly simple as disposable medical instruments (an extremely important sanitary innovation). Year after year, teams of research physicians and engineers work to advance our knowledge and abilities.

This article reviews some of the most influential medical innovations of the past year. From new insights in the treatment of diabetes to a new type of optical surgical procedure, incredible innovations and advancements have been achieved this year.

See on medcitynews.com

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

December 26, 2013

Des salles de télémédecine ouvertes à tous dans des Ehpad des Côtes-d’Armor


Des salles de télémédecine ouvertes à tous dans des Ehpad des Côtes-d’ArmorPARIS, 26 décembre 2013 (TICsanté) – La Mutualité Française Côtes-d’Armor va installer des salles de télémédecine dans cinq établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du département. Leur particularité : elles seront ouvertes aux résidents ainsi qu’à la population vivant aux alentours.Le projet Telehpad a été retenu par l’agence régionale de santé (ARS) Bretagne dans le cadre d’un appel à projet sur la télémédecine lancé cet été (voir dépêche du 13 août). Il s’agissait de soutenir “des projets bien avancés et matures dans leur conception ou dans leur capacité de déploiement et de généralisation”, rappelle la Mutualité Française Côtes d’Armor dans un communiqué.

Les Ehpad concernés seront reliés à des établissements hospitaliers généraux et psychiatriques via des salles de téléconsultation. A partir du second trimestre 2014, ils proposeront des soins de second recours (gériatrie, psychiatrie, dermatologie, cardiologie et neurologie) à leurs résidents et à la population locale.

Le département des Côtes-d’Armor manque de spécialistes (64 pour 100.000 habitants, contre 94 en moyenne nationale) alors qu’il est bien pourvu en Ehpad : 120 établissements sont repartis sur le département, dont les trois quarts dans des communes de moins de 5000 habitants.

Cinq Ehpad (un public, un associatif et trois mutualistes) de deux territoires de santé (Lannion-Saint-Brieuc-Guingamp et Dinan-Saint-Malo) sont concernés dans un premier temps par ce dispositif. Ils seront reliés à deux hôpitaux généraux (les CH de Saint-Brieuc et Dinan), deux hôpitaux psychiatriques (les CH Bon-Sauveur de Bégard et Saint-Jean-de-Dieu de Léhon) et un établissement de soins de suite et de réadaptation (SSR) spécialisé pour les personnes âgées (Les Châtelets, à Ploufragan).
See on www.ticsante.com

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

December 26, 2013

Infographic: 6 Shocking Facts About Your Medical Records


Infographic: 6 Shocking Facts About Your Medical Records

Do you really know what happens to your medical records? The following infographic created by Hello Doctor illustrates six staggering facts about your medical records and what happens when your doctor really needs them.

See on www.hitconsultant.net

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

Tags:
December 26, 2013

NanoDoc, un serious game pour aider la recherche contre le cancer | Sante-Digitale.fr

Il y a quelques mois, nous avions parlé du serious game Fold It, un jeu qui invitait le grand public à contribuer à la résolution d’un grand problème scientifique.

Les calculs par ordinateur pour déterminer la structure tridimensionnelle d’une protéine étant impossibles, un jeu avait été créé pour faire travailler les internautes du monde entier sur une protéine liée au VIH. Ce problème bloquant les scientifiques depuis 10 ans avait ainsi été résolu en 3 semaines. Aujourd’hui, le même procédé est utilisé par le MIT, qui a décidé d’utiliser le mécanisme de crowdsourcing dans la recherche contre le cancer. Le but de NanoDoc est de développer des traitements basés sur les nanoparticules.

Ce serious game est anglais mais parfaitement clair, même pour les non-initiés à la médecine. Simple, bien fait et très didactique, il est donc accessible à tous et atteint parfaitement son objectif en tant que jeu. Vous savez désormais comment venir en aide à la recherche scientifique !

.

See on www.sante-digitale.fr

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision

December 26, 2013

E-SANTE : DE L’ENTREPRENEUR EN SANTE A LA SANTE EN ENTREPRISE…

Inventeur, passionné ou conquérant, 92% des entrepreneurs français seraient satisfaits de leur vie à la tête de leur entreprise selon une enquête menée par TNS Sofres pour l’Atelier BNP Paribas et présentée lors d’une table ronde à laquelle j’avais le plaisir d’intervenir début décembre.

Heureux qui entreprend ? Oui !

Et en plus ils sont 78% des créateurs d’entreprises interrogés à déclarer que si c’était à refaire ils retenteraient l’aventure.

Cela contraste avec l’étude (Aimez vous votre travail ?) menée en novembre dernier par le site Monster et le cabinet GFK qui montrait qu’un peu moins de la moitié des employés en France (48%) considèrent que leur travail leur convient “suffisamment pour le moment”…

Des entrepreneurs heureux j’en ai croisé plein à LEWEB 2013

Le 10, 11, 12 décembre dernier s’est tenue à Paris la dixième édition de LEWEB – la grande messe du web – savant mélange de networking et de conférences aux intervenants prestigieux.

L’ambition de cette 10ème édition ? Anticiper les 10 années à venir… Rien que cela !

Vous pouvez revivre cette édition de LeWeb via la chaîne Youtube de l’évènement et voir les sujets mis en avant : impression 3D, e-learning, objets connectés, économie collaborative, géolocalisation, crowdfunding,…

See on club-digital-sante.fr

See on Scoop.it – Pharmaceutical Industry digital vision